Foot-Affaire Guelor Kanga Kaku : la Fégafoot a réagi

© Photo d’illustration/la Confédération Africaine de Football (CAF) a tranché sur la plainte de la Fécofa sur Guelor Kanga Kaku

Les autorités gabonaises ont réagi ce samedi par le biais de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) sur l’affaire Guelor Kanga qui a défrayé la chronique en début de semaine.

Environ deux semaines avaient accordées par la Confédération Africaine de Football (CAF) pour apporter des éléments contradictoires sur le dossier Kanga Guelor Kaku qui expose le Gabon qualifié à la CAN 2021 de Football au Cameroun, une disqualification.

Samedi, lors dans un communiqué de presse, c’est le président de la la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) qui est revenu ce dossier brûlant révélé lundi dernier par la chaîne Canal+.

Dans celui-ci, la Fégafoot indique avoir transmis à la CAF son mémoire responsif pour ladite affaire afin d’apporter toutes les “preuves irréfutables et formelles” du

parcours sportif en clubs et de l’éligibilité du joueur Guelor Kanga Kaku au sein de la

sélection nationale A du Gabon.

Dans son droit de réponse dont le délai d’envoi courait jusqu’au 4 mai 2021, la fédération gabonaise fait savoir que « ces preuves irréfutables et formelles » sont

conformes aux dispositions réglementaires de la CAF et du Code civil gabonais dans le but de battre ainsi en brèche toutes les allégations “fallacieuses”, sans preuves, de la FECOFA au sujet d’une prétendue usurpation d’identité, falsification et fraude de la FEGAFOOT pour son joueur Guelor Kanga Kaku.

« La FEGAFOOT a foi en la CAF afin de préserver le jeu équitable et le fair-play d’une

qualification du Gabon à la CAN 2021 obtenue de manière claire sur le terrain » conclut le communiqué.

Pour rappel, la Fédération Congolaise de Football (FECOFA) a introduit un recours auprès de la CAF pour porter réserve sur la nationalité de Guelor Kanga Kaku qui serait d’origine congolaise et aurait évolué en deuxième division dans le pays.

3 thoughts on “Foot-Affaire Guelor Kanga Kaku : la Fégafoot a réagi

  1. Bonjour à tous,
    Pour revenir sur le sujet Kanga Kaku Guelor que depuis plusieurs années est joueur de l’équipe nationale du Gabon au sein des” Panthère”. Pour ma part, il n’a pas qu’un seul match avec la sélection gabonaise, mais a déjà joué une Coupe d’Afrique des Nations, donc plusieurs matchs en son actif.
    En effet, la Fédération Concogolaise de Football Amateur ( FECOFA) à travers son système de communication et de renseignement devrait avoir déjà eu des retours sur le joueur Kanga K. Guelor comme ayant acquis la nationalité gabonaise, et raison pour laquelle ce dernier est une Panthère. Pourquoi c’est serait maintenant qu’après un deux matchs joués en allé et retour que la FECOFA veuille porter réserve et ainsi faire disqualifier le Gabon ? C’est la mauvaise foi, du manque de professionnalisme et d’équité sportive en âme et conscience. Le sujet Kanga K. Guelor est un être conscient qui avait engagé librement, non sans menaces ni sommation à jouer pour le Gabon! Comment expliquer que cela ne soit pas exprimé pendant les qualificatives de la CAN déroulée en 2018, mais que celà soit en qualificative de 2022 ? A ce que l’on sache, Kanga K. Guelor avait-il déjà joué avec la selection du Congo ne serait ce qu’en catégorie inférieur ? Le dossier de ce sujet selon qu’il se présente est un chantage.
    Aussi, ce genre de situation est bien arrivée afin qu’à l’avenir nos Fédérations prennent des jurisprudences face à de tels cas. Et que CAF, à son tour de trouver les moyens véritables d’enquêter et de trouver des réponses qui soient juridiquement soutenues dans l’ensemble du continent car, notre afrique en proie aux nombreuses défaillances de stabilité sociale voit toujours ses fils et ses filles changer de pays pendant le temps de leur croissance à l’idée de trouver un meilleur asile de vie et de considérations. Aujourd’hui c’est le Gabon et demain, c’est à qui le tour….? Voyons comment sont si proches les frères de l’Afrique de l’Ouest.
    Biens à vous.

  2. Bonjour Monsieur Arsène Gildas MOUANDA,

    Je suis Monsieur Glodi MASSAMBA depuis Kinshasa. Je viens de tomber à l’instant sur votre commentaire auquel je me permets de réagir p en rencontrant vos moyens comme suit :

    1. Au sujet du nombre d’années en sélection Gabonaise : Il importe ici de préciser que ce n’est pas le temps qu’il aurait passé avec la sélection Gabonaise qui justifie, mieux, efface l’irrégularité de la procédure et, partant, son illégalité, entachant ainsi tout le parcours. C’est dire donc que toutes les fois que ses services vous ont été rendus, vous vous exposiez à une plainte ou dénonciation de quelque adversaire que vous affrontiez, qui aurait intérêt bien sûr. Ceci d’autant plus que l’infraction de faux est permanente, perdurant dans le temps ; et chaque fois que vous brandissez sa nationalité et ses documents gabonais, vous en faites usage et vous exposez à des poursuites et sanctions. Dois-je vous rappeler qu’il est de principe en droit que “LA FRAUDE CORROMPT TOUT” ?

    2. Au sujet du moment choisi par la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA) pour porter la réserve : Au point 1 ci-dessus, je vous ai fait savoir que vous vous exposiez à des poursuites et sanctions chaque fois que vous recouriez aux services dudit joueur. Nous aurions bien pu dénoncer depuis des années mais quel intérêt avions-nous à vous voir sanctionné au profit d’une autre sélection ? D’autant plus qu’il est de principe en droit qu’il n’y a “PAS D’ACTION SANS INTERET”.
    Déjà que maintenant que nous avons intérêt à ce que la CAF se prononce sur cette affaire, vous faites preuve d’escalade verbale grave jusqu’à des insultes (je ne fais pas allusion au qualificatif “Amateur” que vous avez gratuitement inséré dans la désignation de notre fédération de foot), je n’ose pas imaginer un seul instant ce que nos relations seraient devenues si on vous dénonçait en faveur d’une autre sélection nationale … peut-être que nos compatriotes là-bas seraient déjà expulsés.
    Bref, ce n’est pas à vous de nous dire quand et comment porter plainte, porter notre réserve devant la CAF. Nous l’avons fait quand nous avons voulu et au moment où nous avons le plus intérêt à vous voir débarqué de la compétition car je ne vous dis pas combien cela nous fera énormément de bien. Qualifiez notre démarche comme vous voulez, “mauvaise foi” et j’en passe mais à mon avis, la CAF devait se saisir d’office, en tant qu’instance faîtière du foot continental, et vous sanctionner pour usurpation d’identité et falsification de documents depuis tout ce temps que le joueur preste au Gabon.

    3. Au sujet de la manière dont il a été fait Panthère : Sur ce point, préfère marteler sur vos propres dires quand, dans votre commentaire, en effet, vous affirmez : “Le sujet Kanga K. Guelor est un être conscient qui avait engagé librement, non sans menaces ni sommation à jouer pour le Gabon! “.
    Dans cette phrase, vous dîtes de Guelor avoir “engagé librement, non sans menaces ni sommation”, ce qui dévoile le fait que des menaces et sommation lui ont été faites pour avoir ses services : preuve que son consentement n’était pas librement exprimé, il a été arraché. Ceci résulte du principe de grammaire qui veut que la négation de la négation donne l’affirmation. “non sans menaces et sommation” veut donc dire “avec menaces et sommation”.
    Encore un moyen qui vous cloue et entache sa sélection au Gabon.

    4. Au sujet de ce qu’il n’a jamais joué avec une sélection nationale congolaise : Là n’est pas le problème, Monsieur ! La question se situe au niveau de l’octroi de sa nationalité et de la falsification des documents. Ce n’est pas parce qu’il n’a pas eu à jouer avec notre sélection nationale que vous allez vous arroger le droit de prendre un national congolais, lui donner la nationalité gabonaise en violation de vos propres textes de loi (fameux code civil gabonais) et, pire, modifier à volonté ses éléments identitaires tenant à son lieu et à sa date de naissance !
    Qu’il ait changé de nom, on veut bien et on ne lui en voudra jamais si telle était sa volonté mais de là affirmer urbi et orbi qu’il est né à Oyem en 1990 alors qu’il est né à Kinshasa en 1985, là c’est à la limite inadmissible et intolérable d’autant plus qu’une personne ne naît qu’une fois et à un lieu précis. Aux abois, vous vous rebuffez et affirmez qu’il a été naturalisé gabonais au moment où votre code civil ne naturalise qu’une personne âgée de moins de 21 ans. Or, au moment de son arrivée au Gabon, KANGA avait déjà plus de 21 ans et ne pouvait donc pas être éligible à l’octroi de la nationalité.
    Les choses se seraient peut-être avec un peu chance bien passées pour vous si au strict minimum vous aviez dit de lui, dans ses documents, être gabonais d’origine congolaise (RDC), né à Kinshasa en 1985. Encore que là aussi, on s’attaquerait cette fois à la procédure ayant abouti à sa naturalisation pour conclure à ce que, sa nationalité ayant été obtenue en violation des lois gabonaises, il n’est pas gabonais et ne peut pas jouer pour le Gabon. Et une fois de plus, on vous aurait eu.

    Une petite précision : comme j’aime bien à le dire, la qualification des Léopards à la CAN au Cameroun ne sera pas une faveur de la CAF, mais le résultat de l’application stricte de ses textes réglementaires. Tenez, la RDC qui vous tient par la ceinture aujourd’hui en a fait les frais à plusieurs reprises tant en sélection qu’en clubs, pour inadvertance administrative, avec comme conséquence l’élimination de nos léopards U20, la disqualification de DCMP, V-Club, TP Mazembe des interclubs de la CAF alors que ces équipes étaient qualifiées “sur tapis vert” comme vous adorez maintenant cette expression au Gabon. Nous n’en avons pas fait un drame, seulement que nous avons tiré les leçons et depuis, on veille à ce que tout soit bien réglé administrativement avant de faire monter un quelconque joueur.
    Le dernier cas est celui de Walter BWALYA que nous avons fait venir pour les deux dernières journées des éliminatoires, mais que nous n’avons pas aligné juste par crainte et souci de voir son dossier n’être susceptible d’aucun reproche tant au niveau de la CAF que de la FIFA. Et il n’a joué aucune de ces deux rencontres.

    En passant, je ne vous dis pas quelle misère il vous aurait fait vivre s’il avait été aligné contre vous. ce n’est que partie remise.

    Beaucoup à dire, que des arguments et contre arguments à avancer, mais je préfère me limiter ici pour ne pas faire en commentaire ce que la commission jury disciplinaire de la CAF fait déjà si bien.

    Sportivement,
    Merci !

  3. Monsieur Glodi MASSAMBA,
    En qualité de frère africain et du centre du continent, permettez moi de vous adressez mes considérations de respect.
    En effet, dû aux nombreux propos dont vous avez fait en droits de réponse après mon commentaire sur le sujet Kanga Gulor, le désormais ”Panthère gabonaise”. Je vous ai trouvé très lancé dans votre élan, et non seulement mais aussi très prolixe, compte tenu qu’une mise en réserve devait être de rigueur imposé après votre plainte près la CAF.
    Toutefois, je vous comprends. Car, bien sûr le problème que discutent nos deux Fédérations de Football nous passionne tant, qu’il est aussi bien de mettre son analyse du côté de la raison que du côté de la comparaison.
    Dites vous que, Kanga Guelor est né au Congo et qu’il serait donc Congolais pour qu’il ait joué avec les ”Léopards” pour ne pas être né au Gabon ( à Oyem) selon vous. Qu’à dire donc de ce que le principe du sport n’a souvent pas des victoires sur le principe sociale? L’exemple que je m’en vais vous prendre vous aidera à l’avenir à bien prendre au sérieux la considération d’un litige à l’entame de son départ.
    Avant la coupe du monde 1998 remportée par la France de Didier DES CHAMP, aujourd’hui entraîneur des ”BLEUS” que j’appelle les Mosquetaires Bleus. Nous vîmes un africain nommé Marcel DESAILLY qui pour la France joua en faisant savoir qu’il avait les origines Ghanéenne. Et pour dire, Marcel avait commencé le fooball au Ghana, au sein de quelques clubs formateur, celà n’a pas causer souci vu qu’il n’avait jamais jouer avac les ”Black Stars”.
    Ceci fut un principe de procédure de la Fédération Française de Football avec la volonté personnelle de ce dernier. Condition que le commun des sportif eurent accepté.
    Cependant, le problème Kanga Guleor n’est que volonté personnelle du joueur seul en âme et conscience, non pas sommé! Ce ci fut déclanché en catégorie de club plusieurs années avant la campagne CAN 2008.
    En ce temps, s’il y avait à redire, ça aurait été le moment. Mais pour un rebondissement de douze ans passés pour un joueur qui a tout eu en compétition sportive professionnelle que la FECOFA se lève pour déclencher une procédure de fraude… Je pense qu’il y a manque de considération au respect à une nation comme le Gabon, plutôt ce que vous avez prétendument évoquer de ma part vous avoir injurier d’avoir parler d’AMATEUR votre Fédération de Football/ cela était simplement une erreur de définition au lieu d’une injure comme vous l’aviez dit.
    S’il a fallu traité de cette question, la FECOFA en sœur de la sous région devait choisir le principe de lavage de linge sale en famille d’Afrique Centrale avec la FEGAFOOT.
    Ce qui vient de se passer, c’est ce qui arrive à une mère démissionnaire de son enfant. Et lors qu’elle a vu que son fils a triomphé grâce aux moyens de quelqu’un d’autre se lève pour réclamer la maternité à ce denier… C’est du chantage!
    Comparaison n’est pas raison en effet, mais les deux Fédérations auraient choisi la jurisprudence sans avoir à faire parler de ce sujet en public afin de préserver leur honneur.
    Pour moi, en qualité de BANTOU, car nos deux peuples en sont; les sujets des initiés se règlent au coin du village aux côtés des sages…fin de citations. Il est plus que temps que soit fonctionnel l’Union des Fédérations de Football d’Afrique Centrale avec toutes ses instances (UNIFFAC).
    Et maintenant sachez le bien, le père d’un enfant même si on le connait géniteur, n’est toujours pas le père s’il l’abandonne. Mais, plutôt celui qui l’a transmis les valeurs de la vie d’homme qu’il est aujourd’hui devenu , après l’avoir recueilli est le père de ce dernier.
    Kanga Guelor a eu les moyens depuis son parcours en clubs africains, et de jouer pour l’équipe nationale du Gabon en âme et conscience , et la procédure enclenchée a été choisie que par lui seul et validée par nos instances car cela se fait dans notre constitution comme quand il s’agit de sauver la vie de quelqu’un qui demande asile.
    Sur ce, je vous souhaite bonne chance en espérant au prochaine qualificative mieux vous préparer afin d’obtenir une participation véritable sur tapis vert.
    Toutefois, cette situation nous a tous fait tirer leçons pour que nous sachions désormais commun éviter de tel litige avenir.
    Que Dieu vous bénisse Monsieur Glodi MASSAMBA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *